Suivi Individuel de la Santé des Salariés

Un suivi médical adapté à chaque salarié sous l'autorité
du médecin du travail

Moins de visites systématiques des salariés, mais une distinction entre les salariés occupant des postes dits "à risques" basée sur les déclarations de l’employeur et ceux non exposés à des risques particuliers.

Pour un suivi plus adapté, votre surveillance dépend :

  • de votre âge,
  • de votre état de santé,
  • de vos conditions de travail,
  • des risques professionnels auxquels vous êtes exposés.

À noter : le suivi de l’état de santé du salarié est le même quel que soit son contrat (CDD – CDI, travail temporaire).

L'employeur déclare ses salariés exposés à des risques particuliers et s'assure qu'ils se rendent aux convocations de suivi individuel.

Attention,
sa responsabilité est engagée et toute absence non signalée 48h avant la convocation sera facturée.

Deux grands types de suivi sont organisés

Suivi individuel simple pour les salariés non exposés à des risques particuliers.

Suivi individuel renforcé pour les salariés exposés à des risques particuliers.

Le médecin du travail peut prescrire des examens complémentaires, et, s’il le juge nécessaire, proposer d’effectuer un bilan social et un entretien de soutien psychologique (compris dans votre cotisation).

Vous allez être reçu par un professionnel en Santé au Travail pour un examen médico-professionnel afin de faire le point sur votre état de santé, vos conditions de travail et les risques auxquels vous êtes exposés.

C’est un moment privilégié de conseils et d’échanges. Votre médecin du travail, les internes et les infirmiers en Santé au Travail sont soumis au secret médical.

Pour bien préparer votre visite, munissez-vous de tous les documents médicaux pouvant aider le médecin à déterminer votre état de santé (résultats d’examens, carnet de vaccination…).

Vous pouvez à tout moment demander à rencontrer votre médecin du travail en dehors des visites habituelles. N’hésitez pas à le contacter !

Les visites initiales d’embauche, de suivi périodique ou de reprise sont de la responsabilité de l’employeur.

Mais, vous pouvez en déclencher vous-même en contactant directement votre médecin du travail pour trouver des solutions ensemble et préparer votre retour au travail dans les meilleures conditions avec votre employeur (s'informer sur l’utilisation de certains produits, adapter votre poste de travail, échanger sur des situations difficiles au travail ou sur un souci de santé qui peut influer sur votre travail, évoquer un projet de grossesse qui peut avoir des répercussions dans votre entreprise…).
Cette liste n’est pas exhaustive.


Suivi individuel simple

Pour les salariés non exposés à des risques particuliers


Examens Complémentaires

Des examens prescrits par le médecin du travail pour un suivi mieux adapté à la situation du salarié


Suivi individuel renforcé

Pour les salariés exposés à des risques particuliers


Bilan Social

Des actions adaptées aux besoins de chaque salarié pour prévenir la désinsertion professionnelle

Visite de pré-reprise et de reprise

Favoriser le retour du salarié dans l’entreprise dans les meilleures conditions en anticipant sa reprise du travail

Entretien de soutien psychologique

Des actions adaptées aux besoins de chaque salarié

La visite d'information et de prévention (VIP) pour les salariés non exposés à des risques particuliers

VIP pour la visite initiale (d’embauche)

Pour Qui :

Elle est obligatoire pour tous les salariés non exposés à des risques particuliers.

Quand :

Dans les 3 mois à compter de la date de prise de poste (2 mois pour les apprentis).

Avant la prise de poste pour les salariés soumis à certains risques professionnels (travail de nuit , moins de 18 ans, exposition aux agents biologiques Groupe 2, aux champs électromagnétiques).

Objectifs  :

  • Interroger le salarié sur son état de santé,
  • l’informer et le sensibiliser aux risques et à la prévention liés à son poste de travail,
  • créer son dossier médical en Santé au Travail,
  • lui indiquer les modalités de suivi de son état de santé.

Par Qui :

Elle peut éventuellement être réalisée, sous l’autorité du médecin du travail, par un collaborateur médecin, un interne en médecine du travail ou un infirmier en Santé au Travail.

Cette visite donne lieu à une attestation de suivi, remise au salarié.

VIP pour le suivi périodique

Pour Qui :

Pour tous les salariés non exposés à des risques particuliers.

Quand :                

C’est désormais le médecin du travail qui fixe les modalités et la périodicité des visites en fonction de l’âge, du poste de travail, de l’environnement de travail, de son état de santé.

Périodicité des Visites :

Pour les salariés sans risque particulier, la mission recommande désormais une visite médicale périodique au minimum tous les cinq ans.

Pour le suivi des salariés handicapés, titulaires d’une pension d’invalidité et les travailleurs de nuit, la périodicité ne sera plus nécessairement de 6 mois mais laissée à l’appréciation du médecin du travail. L’espacement entre les visites ne pourra cependant excéder 3 ans.

Objectifs :

  • Assurer le suivi de la santé du salarié,
  • l’informer et le sensibiliser aux risques et à la prévention liés à son poste de travail,
  • lui indiquer les modalités de suivi de son état de santé.

Par Qui :

Elle peut éventuellement être réalisée, sous l’autorité du médecin du travail, par un collaborateur médecin, un interne en médecine du travail ou un infirmier en Santé au Travail.

Cette visite donne lieu à une attestation de suivi, remise au salarié.

Le salarié pourra être réorienté vers le médecin du travail si le professionnel de santé le juge nécessaire.

Le suivi individuel renforcé (SIR) pour les salariés que vous avez déclarés exposés à des risques particuliers

Examen d’embauche

Pour Qui :

Elle est obligatoire pour tous les salariés exposés à des risques particuliers.

Quand :

Avant la date de prise de poste.

Objectifs :

  • Vérifier l'aptitude du salarié au poste de travail,
  • rechercher s’il n’est pas atteint d’une affection dangereuse pour les autres,
  • l’informer et le sensibiliser aux risques et à la prévention liés à son poste de travail,
  • créer son dossier médical en Santé au Travail,
  • lui indiquer les modalités de suivi de son état de santé.

Par Qui :

Cet examen médical est effectué par le médecin du travail.

Cette visite donne lieu à un avis d’aptitude remis au salarié.

Suivi périodique

Pour Qui :

Pour tous les salariés non exposés à des risques particuliers.

Quand :                

C’est désormais le médecin du travail qui fixe les modalités et la périodicité des visites en fonction de l’âge, du poste de travail, de l’environnement de travail, de son état de santé.

Périodicité des Visites :

Pour les salariés sans risque particulier, la mission recommande désormais une visite médicale périodique au minimum tous les cinq ans.

Pour le suivi des salariés handicapés, titulaires d’une pension d’invalidité et les travailleurs de nuit, la périodicité est laissée à l’appréciation du médecin du travail. L’espacement entre les visites ne pourra cependant excéder 3 ans.

Objectifs :

  • Assurer le suivi de la santé du salarié,
  • l’informer et le sensibiliser aux risques et à la prévention liée à son poste de travail,
  • lui indiquer les modalités de suivi de son état de santé.

Par Qui :

Cet examen médical est effectué par le médecin du travail.

Cette visite donne lieu à un avis d'aptitude.

La visite intermédiaire de suivi renforcé

Elle est réalisée par un professionnel de santé au plus tard 2 ans après l’examen médical d’aptitude.

Dans chaque cas, le médecin du travail définit le protocole de suivi de la santé du salarié.

 

Pour tous les salariés

La visite de pré-reprise

Pour Qui :

Obligatoire pour tous les salariés en cas d’arrêt de plus de 3 mois.

Par Qui :

Le médecin du travail.

Quand :

Pendant l’arrêt de travail.

Objectifs :

Préparer la reprise et favoriser le maintien dans l’emploi.

À la Demande de Qui :

Du médecin traitant, du médecin conseil ou du salarié.

La visite de reprise

Pour Qui :

Pour les absences consécutives à une maladie professionnelle, ou à un congé maternité, pour les absences d'au moins 30 jours pour cause d'accident du travail, de maladie ou d'accident non professionnel.

Par Qui :

Le médecin du travail.

Quand :

Le jour de la reprise du travail et au plus tard dans un délai de 8 jours.

Objectifs :

Décider de la reprise au poste de travail.

À la Demande de Qui :

De l'employeur.

Elle est obligatoire et met fin à la suspension du contrat de travail.

Examens complémentaires

La réglementation prévoit la réalisation d’examens complémentaires : radiographies, examens biologiques, etc…

Ils sont prescrits par le médecin du travail et peuvent être réalisés auprès de spécialistes externes. Ils sont entièrement pris en charge par le GIMS.

Une visite médicale à la demande du salarié ou de l'employeur est possible à tout moment.

Bilan social

Le GIMS bénéficie d'un service social.

Une assistante de service social intervient à la demande du médecin du travail pour les salariés des entreprises adhérentes. À travers des actions individuelles, elle travaille en particulier sur la prévention de la désinsertion professionnelle.

Elle intervient de manière individuelle et personnalisée pour :

1 - Informer les salariés sur leurs droits (indemnités journalières, prévoyance, retraite, prestations sociales...).

2 - Accompagner les salariés dans leurs démarches administratives :

            - aide au montage de dossiers administratifs : reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé, demande de pension d’invalidité, demande de retraite...,

            - liaison avec les services administratifs (CPAM, CARSAT, CAF, SAMETH...),

            - rédaction de courriers...

3 – Orienter les salariés vers les services ou organismes compétents en fonction de leur situation sociale :

            - demande d’aides financières, dossier de surendettement, demande de logement social...,

            - bilan de compétences, formations...

4 - Amorcer une réflexion sur l’élaboration d’un projet de reconversion professionnelle en cas de risque d’inaptitude au poste de travail.

Entretien de soutien psychologique

Qui sont les psychologues du GIMS ?

Le psychologue du travail est un professionnel dont le titre est reconnu et protégé par la loi de 1985. Sa pratique prend appui sur le code de déontologie des psychologues dans le respect de la réglementation du Code du travail et des missions du Service de Santé au Travail.

Au GIMS, deux psychologues du travail, spécialistes de la prévention des Risques Psycho-Sociaux (RPS), font partie de cette équipe pluridisciplinaire et travaillent plus précisément sur la prévention des RPS. Elles interviennent dans des situations individuelles et collectives.

Sur proposition du médecin du travail, le psychologue propose un espace d’expression centré sur le travail dans un cadre défini au préalable avec le salarié reçu en entretien (confidentialité, secret professionnel).

Ce travail de verbalisation peut permettre au salarié d’exprimer sa perception du travail et de clarifier ses attentes, ses perspectives, et les mécanismes qu’il mobilise pour faire face à une situation contraignante.

Définition des Risques Psycho-Sociaux - RPS

 Les RPS correspondent à des situations de travail où peuvent être présents :

  • Du stress : déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes de son environnement de travail et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face.
  • Des violences externes : insultes, menaces, agressions exercées dans le cadre du travail par des personnes extérieures à l’entreprise.
  • Des violences internes : harcèlement moral ou sexuel, conflits exacerbés à l’intérieur de l’entreprise.

Ce sont des risques qui peuvent être induits par l’activité elle-même ou générés par l’organisation et les relations de travail. L’évaluation des risques psycho-sociaux passe donc par l’identification et l’évaluation des facteurs de risque de stress, de violences externes et de violences internes (Source INRS).

Rappel sur la réglementation :

L’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. Ces mesures comprennent des actions de prévention des risques professionnels, des actions d’information et de formation, la mise en place d’une organisation et des moyens adaptés.